Vous recherchez une information ?
Consultez la sélection d'articles de la revue Unilet Informations en cliquant ici
Menu_nous
Culture par culture
Haricots et Flageolets
La culture
La plante
Les variétés
L’implantation
La fertilisation
L’irrigation
Le désherbage
Les maladies du sol
Les maladies de végétation
Autres maladies peu fréquentes
Les ravageurs
Autres Ravageurs occasionnels
La récolte
La gestion des reliquats azotés après récolte

Pois > L'IRRIGATION

L'IRRIGATION

L'irrigation est un facteur prépondérant de régularité des rendements et de qualité des haricots.


Les besoins en eau

  • Besoins du haricot mangetout  : 180 à 250 mm (cycle de 55 à 75 jours), selon la date de semis et le climat (température, ensoleillement).
  • Besoins du flageolet (cycle de 80 à 110 jours) : 220 à 290 mm.

Le haricot est particulièrement sensible au stress hydrique durant deux périodes :

  • la levée : risque d'échelonnement non rattrapable,
  • de la floraison à la récolte : formation de fil et réduction du potentiel de rendement.

Quant aux excès d'eau, ils sont préjudiciables durant tout le cycle, notamment sur le plan sanitaire.

 

La conduite de l’irrigation

Pour raisonner l’irrigation, l’agriculteur peut utiliser différentes méthodes :

  • le bilan hydrique simplifié , basé sur l’équation suivante :

Réserve d’eau finale = réserve en eau du sol + pluies (mm) + irrigation (mm) - consommation de la culture (Kc x ETP)

Il s’applique surtout à la moitié nord de la France. Un bilan hebdomadaire y constitue un bon intervalle de temps pour suivre les besoins du haricot .

Coefficients culturaux du haricot (Kc) :

Haricot vert

Flageolet

Semis - 1ère feuille trifoliée

Kc = 0,4

Kc = 0,4

2ème feuille trifoliée

Kc = 0,6

Kc = 0,6

Boutons floraux

Kc = 0,8

Kc = 0,8

Floraison

Kc = 1,0

Kc = 1,0

Haricot vert : Formation des gousses - Récolte

Kc = 1,2

Kc = 1,2

Flageolet : Grossissement des grains

 

Kc = 1,0

Flageolet : Début défoliation - Récolte

 

Kc = 0,8

  • les tensiomètres

Ils ont l’avantage de donner une lecture directe du niveau de disponibilité de l'eau dans le sol mais nécessitent un investissement en matériel et un suivi quotidien.

Questions pratiques

Quand faut-il commencer à irriguer ?

Le calcul du bilan hydrique ou l'utilisation de tensiomètres sont de bons outils pour répondre à cette question. Dans le nord de la France, en conditions climatiques «normales», le premier passage d'irrigation se situe généralement au stade 3 feuilles trifoliées. Mais quelle que soit la situation, l'important est d'anticiper sur les besoins de manière à ne jamais épuiser totalement la réserve.

S'il s'agit d'une deuxième culture, un tour d'eau avant le travail du sol est nécessaire pour reconstituer la réserve en eau du sol. Un deuxième passage après semis ( 15 mm) est souvent pratiqué pour faire lever la culture.

Quand faut-il arrêter l'irrigation ?

L'irrigation doit être poursuivie jusqu'à quelques jours de la récolte. Pour les haricots mangetout, un arrosage pendant l'allongement des gousses ralentit la formation du fil et du grain. Pour les flageolets, l'irrigation durant la phase de grossissement des grains permet des gains de rendement notables.

Faut-il passer un tour d'eau s'il pleut ?

Là encore, bilan hydrique et tensiomètres sont les outils les plus à même de vous renseigner. Cela dit, on peut considérer qu'une averse apportant moins de 10 mm ne modifie pas le plan d'arrosage. Une pluviométrie de 10 à 20 mm pourra retarder le tour d'eau, et des précipitations supérieures à 20 mm économiseront un passage. Mais bien souvent, une pluie importante permet de rattraper un retard dans l'irrigation.

Y a-t-il un risque à irriguer en pleine floraison ?

Non et de toute façon, il vaut mieux arroser pendant la floraison que de laisser le haricot souffrir d'un manque d'eau. Attention cependant à ne pas "matraquer" la végétation et les fleurs par une trop forte intensité d'arrosage (apport excessif avec un canon mal réglé).

Comment faut-il positionner le fongicide par rapport à l'irrigation ?

L'idéal est d'irriguer au stade "boutons floraux" et d’appliquer le fongicide après, au début de la floraison.

Faut-il forcer les apports d'azote en culture irriguée ?

Non. La fumure azotée est calculée dans le but d'obtenir un rendement optimal. L'irrigation permet d'approcher au mieux cet optimum par une alimentation continue mais elle n'entraîne pas de besoins supplémentaires ni de lessivage si elle est bien pilotée. De plus, l'apport d'eau régulier, couplé à des températures élevées, favorise la minéralisation de la matière organique du sol. Il faut également noter que l'eau provenant de retenues collinaires ou de certaines nappes peut apporter une quantité non négligeable d'azote.