Vous recherchez une information ?
Consultez la sélection d'articles de la revue Unilet Informations en cliquant ici
Menu_nous
Culture par culture
Haricots et Flageolets
La culture
La plante
Les variétés
L’implantation
La fertilisation
L’irrigation
Le désherbage
Les maladies du sol
Les maladies de végétation
Autres maladies peu fréquentes
Les ravageurs
Autres Ravageurs occasionnels
La récolte
La gestion des reliquats azotés après récolte

Document sans nom

Surfaces et zones de production

La région Nord-Picardie-Centre et la Bretagne sont les deux secteurs de culture du flageolet. Le haricot mangetout (vert, beurre, plat) compte quant à lui une troisième zone de production importante : le Sud-Ouest.

Haricot : 3 zones de culture font de la France le 1 er producteur européen
Au sein de l'Union Européenne, la France est de loin le premier producteur de haricot vert pour la transformation, avec près de la moitié des surfaces totales. Les contrats de culture représentent environ 27 000 hectares chaque année. Ils fournissent en moyenne 330 000 tonnes de gousses, dont 45 % sont destinés à la conserve et 55 % à la surgélation.

Les cultures se répartissent, à parts relativement égales, entre trois grands bassins de production :

  • la Bretagne ,
  • l’ensemble Nord – Picardie – Centre – Bourgogne,
  • le Sud-Ouest.

Le rendement moyen national est compris entre 12 et 13 tonnes/ha.

Flageolet : une culture du nord de la France
Produit typiquement français, le flageolet est majoritairement cultivé, transformé et consommé en France. Les surfaces oscillent entre 5 000 et 5 500 ha chaque année, pour une production de 33 000 tonnes environ. Cette récolte est destinée à 80 % à la conserve, le reste à la surgélation.

Le rendement moyen national est d’environ 6 tonnes/ha.

Calendrier de culture

Dans la mesure où le froid bloque la croissance du haricot, les programmes de semis tiennent compte des contextes climatiques locaux, notamment des gelées printanières et automnales.
L'étalement des récoltes, qui permet d’allonger la durée d’approvisionnement des usines, est surtout lié à la précocité des zones de production et à l'échelonnement des semis. Les haricots mangetout présentent en effet un cycle d'environ 65-70 jours et entre les variétés les plus précoces et les plus tardives, l'écart ne dépasse guère 7 à 8 jours.

  • Au Nord de la Loire

Les semis de haricot mangetout sont échelonnés du 10 mai au 20 juillet. Les récoltes ont lieu 60 à 80 jours plus tard : de fin juillet à mi-octobre. Le haricot est parfois implanté en dérobé, après une culture de ray-grass, de pois de conserve précoce, de jeune carotte ou d'épinard.
Un peu plus rustique que le haricot vert, le flageolet s'accommode de semis 8 à 10 jours plus précoces. Ses 80 à 110 jours de cycle interdisent a priori les semis de juillet, trop tardifs.

  • Dans le Sud-Ouest

Le système des doubles cultures de haricots est très représenté dans le Sud-Ouest du fait des possibilités de semis précoces. Le haricot peut également être implanté en dérobé après une culture de pois de conserve ou de céréale.

Pour éviter les conditions trop chaudes de fin juillet et de début août, on pratique une coupure dans les plannings. Les semis, qui débutent vers le 20 avril, sont arrêtés à la fin mai et reprennent durant la deuxième quinzaine de juin, jusque début août.

Les récoltes s’étalent ainsi de fin juin à mi-octobre. Au delà, les risques de gel, de maladies de fin de cycle et d'excédents pluviométriques (difficultés de récolte) sont élevés.