Vous recherchez une information ?
Consultez la sélection d'articles de la revue Unilet Informations en cliquant ici
Menu_nous
Culture par culture
Pois
La culture
La plante
Les variétés
L’implantation
La fertilisation
L’irrigation
Le désherbage
Les maladies du sol
Les maladies de végétation
Autres maladies peu fréquentes
Les ravageurs
Autres Ravageurs occasionnels
La récolte
La gestion des reliquats azotés après récolte

Pois > L’IMPLANTATION

L’IMPLANTATION

Le choix de la parcelle

Le petit pois peut se cultiver sur une large gamme de sols, pourvus que ceux-ci soient homogènes et profonds. L’homogénéité du sol est essentielle pour obtenir une maturité régulière, maîtriser la tendérométrie et donc la qualité de la récolte. Les sols profonds permettent à la culture de s'alimenter correctement en eau et en éléments minéraux. Le pois dispose en effet d’un système racinaire ramifié et puissant, susceptible de descendre à 90 cm de profondeur en l'absence d’obstacle.

Les parcelles ressuyant bien sont à privilégier afin d’optimiser le semis comme le désherbage, et éviter toute asphyxie racinaire de la culture. Pour les semis précoces, le réchauffement rapide du sol est également important (zéro de végétation du pois = 4,5°C).

Enfin, pour faciliter la récolte, les parcelles planes et sans cailloux sont préférées.

La rotation

Même en l’absence d’attaques caractérisées de nécroses racinaires, au delà de 3 pois en 10 ans, les rendements commencent à chuter de façon durable. Un délai de 5 ans (= remise en culture la 6 ème année) est par conséquent recommandé entre deux pois, mais aussi entre un pois et une autre légumineuse (haricot, pois protéagineux, luzerne…). Cette rotation est nécessaire pour limiter les risques de maladies foliaires (mildiou, botrytis, sclérotinia) comme de nécroses racinaires (pied noir). En cas de présence du champignon Aphanomyces euteiches, le risque est tout autre et peut aller jusqu’à l’abandon de la parcelle pour la culture de pois.

La préparation de sol avant semis

La préparation de sol doit permettre une levée rapide et régulière de la culture ainsi qu’un enracinement profond. Le lit de semences idéal présente une structure grumeleuse, de manière à :

  • assurer une bonne aération ainsi qu’une installation rapide des nodosités (qui sont aérobies),
  • éviter la battance ou l’asphyxie.
Il faut veiller à ne pas multiplier les passages d’outils, qui risquent de tasser le sol en profondeur, et travailler en conditions ressuyées. Le sol doit aussi être bien nivelé et surtout pas soufflé, afin d’optimiser le désherbage et faciliter la récolte.

Le semis

La dose de semis est fonction :

  • du poids de 1000 grains (PMG) qui varie de 80 grammes pour un pois extra-fin à 200 grammes voire plus pour un garden pea,
  • de la faculté germinative (environ 90 %, valeur minimale légale = 80 %),
  • du peuplement visé.

Le peuplement optimal diffère en fonction des aléas auxquels la semence est exposée (climat, parasitisme…) et donc des créneaux de précocité :

 

Semis précoces

Semis intermédiaires

Semis tardifs

Peuplement visé

120 à 140 plantes/m²

100 à 120 plantes/m²

80 à 100 plantes/m²

Dose de semis (en kg/ha) =
Peuplement visé (en plantes/m²) x PMG (en grammes)
---------------------------------------------------------------------------
Faculté germinative du lot (en %)

La graine doit être déposée entre 3 et 5 cm de profondeur pour bénéficier d’un milieu humide et aéré, à l'abri du gibier.

Le semis de pois peut être réalisé avec un semoir à céréales dont les inter-rangs varient de 12,5 à 18 cm, ou un semoir monograine (= semoir de précision). Ce dernier présente l’avantage de mieux maîtriser la profondeur, le plombage et la répartition des graines sur le rang, d’où une levée plus régulière.